Lignorant Est Il Libre Plan Dissertation Juridique

Il y a des défauts manifestes :
- l'introduction ne construit pas un problème ; l'accroche se réduit à un pur effet rhétorique ; il faut absolument expliquer pourquoi il n'est pas facile de répondre à la question posée, ce qui fait que ce n'est pas une question évidente. L'ignorant qui ignore ce qui le détermine a l'impression qu'il est libre, mais l'est-il vraiment ? Le sentiment de liberté suffit-il en lui-même à attester la réalité de la liberté ?

- Dans le développement, on identifie bien les thèses ; en revanche, on identifie beaucoup moins bien les arguments. Pour chaque thèse, il doit se poser la question :" En quoi est-ce vrai ?" et formuler une réponse synthétique qui donne le début de chaque paragraphe ; il faut faire plusieurs paragraphes pour une partie (donc trouver plusieurs arguments).

Là, il n'arrive pas vraiment à tirer dans ses connaissances ce qui est pertinent pour le sujet : dans la thèse 1, lorsqu'il évoque la liberté d'indifférence, il veut montrer que la liberté est indépendante de la connaissance car c'est un état propre à l'homme. L'homme est libre quoiqu'il fasse.

La transition est forcée ; il introduit brutalement la question de la conscience en la sortant du chapeau. Il faudrait qu'il se demande : quelles sont les limites de ce que je viens d'avancer ? A partir de là, il est plus légitime d'introduire une nouvelle thèse. Par ex., si la liberté est un état caractéristique de l'homme, cela veut dire que celui qui suit une impulsion est libre ; pourquoi regrette-t-il alors son geste si ce dernier est l'expression de sa liberté ? Peut-être est-ce parce que cette liberté supposée n'est pas véritablement l'expression de ce qu'il est vraiment. Un homme se caractérise comme être conscient et c'est dans l'activité de cette conscience que la liberté comme réalisation de son essence se joue. Et là il peut embrayer sur sa thèse 2.

Et on recommence avec la thèse 2 : en quoi la connaissance est-elle nécessaire à la liberté ? En quoi l'ignorant est-il esclave ? Recherche des arguments puis recherche des limites. Il est possible de partir dans une double direction, d'une part l'idée des raisons éclairées de l'action, d'autre part la conscience des déterminismes comme libération possible à leur égard.

La thèse 3 est vraiment opaque ; il ne sait pas trop ce qu'il veut montrer, et cela se voit ; on a alors une accumulation de références contradictoires (la psychanalyse et Sartre, avec apparemment, un contre-sens sur la liberté sartrienne).

- La conclusion confirme qu'il ne sait plus ce qu'il veut montrer.

Pour progresser, il faut qu'il travaille, à mon avis, sur la structuration du plan en se forçant à construire des plans détaillés (une phrase complète et rédigée pour chaque thèse, pour chaque argument et pour chaque transition) en s'interdisant à ce moment là des références. Une fois que le plan est cohérent, les références vont venir appuyer les arguments.

Parmi le parascolaire, je trouve que le récent La philosophie au bac. Toutes les notions par la dissertation, sous la dir. de M. Dubost, Ellipses, n'est pas mal fait du tout (on voit bien à chaque fois comment s'articulent thèse et arguments).


Zoom

• L'ignorance est le fait de ne pas connaître quelque chose : soit de ne pas en connaître l'existence, soit d'en connaître l'existence sans en avoir la compréhension. A l'ignorance, on peut opposer la connaissance ou le savoir. Cependant, l'ignorance n'est jamais éradiquée : il nous est impossible de tout connaître.

• La liberté est l'état de celui qui n'est pas soumis à des contraintes, externes ou internes. Selon le type de contraintes envisagées, on peut entendre la liberté en plusieurs sens :

            - la liberté comme absence de toute causalité, s'opposant au déterminisme

            - la liberté physique

            - la liberté morale : une absence de contraintes internes (notamment les passions)

            - la liberté politique : absence de contraintes politiques et sociales, par opposition à l'oppression.

• Pour se libérer des contraintes, encore faut-il les connaître : en ce sens, l'ignorance s'oppose à la liberté puisqu'elle la freine. La méconnaissance des causes internes et externes qui déterminent nos actions et nos pensées entraîne la privation de notre liberté. C'est également cette méconnaissance qui permet à d'autres d'avoir prise sur nous et de contrôler nos actions : à l'ignorant, on peut faire croire ce qui est faux et ainsi le dominer.

• Cependant, si on voit bien que l'ignorance peut être un frein à la liberté, peut-on dire pour autant que la connaissance permet de se libérer ? La connaissance, qui dévoile les causes à l'oeuvre dans notre vie, n'apporte-t-elle pas au contraire la conscience que la liberté n'est qu'une illusion ?

• C'est donc entre ces deux voies que le problème se pose. D'un côté, l'ignorance est un frein à la liberté ; d'un autre côté, l'absence d'ignorance rend seulement conscient de notre asservissement. Quelle valeur faut-il alors accorder à l'ignorance ?

 



L'éducation est ce qui permet de comprendre le fonctionnement d'une théorie, d'un discours, d'une thèse et, même si le sujet nous est peu connu, de distinguer ce qui relève de la démonstration et ce qui relève de l'idéologie ou de la rhétorique. L'ignorance n'est donc un mal que si elle n'est pas consciente d'elle-même et mène à la crédulité.  II - Ignorance et liberté morale * L'ignorance des causes internes s'oppose également à la liberté, mais il s'agit alors d'une liberté morale ou métaphysique. Méconnaître nos mécanismes psychologiques, nos passions, c'est se leurrer sur les véritables motifs de nos actions. On n'agit pas librement mais suivant un déterminisme interne (obéissant à des motifs inconscients par exemple, ou à l'exemple familial etc.). Connaître ces causes internes au contraire permettrait de s'en détacher et d'agir librement. * Ce que l'on oppose ici à l'ignorance, c'est la conscience. L'ignorance ôte la conscience de nos déterminations et donne l'illusion de la liberté : mais comme le montre Spinoza, il s'agit bien d'une illusion : Mais descendons aux choses créées qui sont toutes déterminées par des causes extérieures à exister et à agir d'une certaine façon déterminée. Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple : une pierre par exemple reçoit d'une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvement et, l'impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement.


Signaler un abus

Vous souhaitez signaler un abus?


Document concerné : l'ignorant est-il libre ?

Auteur du document :

Votre message a bien été envoyé!
Principe selon lequel tous les événements ont une cause.
La connaissance qu'a l'homme de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes. La conscience, par cette possibilité qu'elle a de faire retour sur elle-même, est toujours également conscience de soi. C'est elle qui fait de l'homme un sujet, capable de penser le monde qui l'entoure. CONSCIENCE MORALE: Jugement pratique par lequel le sujet distingue le bien et le mal et apprécie moralement ses actes et ceux d'autrui. CONSCIENCE PSYCHOLOGIQUE : Aperception immédiate par le sujet de ce qui se passe en lui ou en dehors de lui.
Tendance à croire, sans critique ni réflexion, les assertions d'autrui.
Le verbe vient du latin credere, qui signifie "tenir pour vrai", "faire confiance". La croyance implique donc l'idée d'une absence de connaissance, car il s'agit toujours de "se fier" au témoignage d'autrui.
Ce qui est soumis à la causalité et n'a aucune marge de liberté et d'indépendance.
Principe selon lequel tous les phénomènes de la nature sont liés les uns aux autres par des lois invariables. A ne pas confondre avec fatalisme. Le déterminisme s'applique à une conception scientifique du monde. Comme l'écrit Claude BERNARD dans son Introduction à l'étude de la médecine expérimentale: "Le rôle du savant est de chercher à définir et à déterminer pour chaque phénomène les conditions matérielles qui produisent sa manifestation."
Système d'idées, en apparence rationnel, qui cache des valeurs ou des mythes de nature purement affective. Une classe sociale, un parti politique peuvent se rattacher à une idéologie pour défendre leurs intérêts. On appelle idéologie toute représentation du monde qui se veut objective et qui n'est en fait que le reflet de préjugés et d'intérêts de nature politique, religieuse ou philosophique.
Il convient de distinguer les illusions des sens et les illusions intellectuelles. Les premières ont une origine physiologique. Les secondes ont pour fondement les désirs et les passions.
Domaine de la connaissance qui dépasse ce que nous pouvons connaître au moyen de nos sens, de l'expérience. Dieu, l'immortalité de l'âme, l'infini, le fait même que nous soyons capables de penser en conscience sont des problèmes métaphysiques.
Descartes appelle "passions" toutes les affections de l'âme résultant de l'action du corps sur celle-ci.
Art de bien parler. Selon Aristote, c'est la méthode qui permet de maîtriser les moyens techniques de convaincre en apprenant à utiliser les matériaux disponibles au service de la thèse que l'on a à défendre.
Qualité ou signification d'une chose abstraite (le vrai, le bien). C'est à partir de Nietzsche que la notion de valeur a été introduite dans la philosophie. Nietzsche a critiqué de façon radicale les valeurs chrétienne, trouvant l'origine de toute valeur chez l'homme.

0 thoughts on “Lignorant Est Il Libre Plan Dissertation Juridique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *